Quand les réactionnaires veulent instrumentaliser l’Ecole !

Montreuil, le 27 janvier 2014
lundi 27 janvier 2014
par  administrateur
popularité : 2%

Depuis le débat sur le mariage pour tous, les forces réactionnaires s’expriment de manière de plus en plus virulente dans le pays. Elles organisant de nombreuses manifestations qui visant à dénier à certaines et certains l’égalité des droits et ce encore hier à Paris dans lors d’un rassemblement hétéroclite et violent.

Ces derniers temps, on assiste à de multiples appels d’organisations d’extrême-droite, de catholiques intégristes, de l’UNI pour remettre en cause l’éducation à l’égalité Femme-Homme dans les écoles, tant dans le public que dans les écoles privées sous contrat. Les mails, sms aux parents se multiplient pour organiser des rassemblements s’opposant au dispositif « ABCD pour l’égalité », à l’enseignement de la théorie « contre-nature » du genre et à la déconstruction des stéréotypes genrés prônée dans le rapport « Lutter contre les stéréotypes filles-garçons » du Commissariat Général à la stratégie et à la prospective. Ces organisations tentent de semer la panique chez les parents d’élèves et de les instrumentaliser en stigmatisant l’éducation à l’égalité et en arguant qu’elle va « perturber la construction de l’identité sexuelle des enfants » et « détourner l’école de sa véritable mission au profit d’une œuvre idéologique ». Elles vont même plus loin en insinuant que cette éducation serait traumatisante, destructurante, perverse et qu’elle inciterait à l’homosexualité chez les enfants. Certains messages sont encore plus fallacieux, déclarant que des cours à « l’éducation à la sexualité [seront organisés] en maternelle à la rentrée 2014 avec démonstration » !

Ces appels tendent, comme en 2011, à faire volontairement l’amalgame entre identité de genre et orientation sexuelle, cachant mal leurs relents de sexisme, d’homophobie et de transphobie, et démontrent une réelle volonté de refuser la diversité de la société actuelle. Ils montrent bien l’ignorance, parfois voulue, de ce qu’est la théorie du genre qui ne fait qu’affirmer que, si le sexe homme ou femme est défini biologiquement, l’identité sexuelle, c’est-à-dire la masculinité et la féminité, est aussi une construction socioculturelle et que les stéréotypes véhiculés par la société ont des incidences sur l’orientation scolaire des élèves et plus tard sur les choix socio-professionnels. La finalité de l’éducation à l’égalité et à la lutte contre les discriminations est, notamment, de déconstruire les préjugés et les clivages fille-garçon pour les faire disparaître par :

- La transmission des valeurs d’égalité entre les filles et les garçons,

- Le renforcement de l’éducation au respect mutuel,

- L’engagement pour une mixité plus forte des filières de formations et à tous les niveaux d’études.

La FERC CGT rappelle que le rôle de l’École est de permettre une réelle émancipation de l’ensemble des jeunes en leur présentant notamment la diversité de la société, en luttant contre les stéréotypes et contre l’ensemble des discriminations

Elle enjoint les personnels éducatifs à ne pas se laisser déstabiliser par cette propagande nocive et de faire de l’École un lieu d’égalité des droits pour toutes et tous.

La FERC CGT demande à Vincent Peillon de prendre ses responsabilités et de clarifier la situation en réaffirmant la volonté du Ministère de lutter contre l’ensemble des stéréotypes et des discriminations, y compris LGBTphobes dans l’ensemble des écoles et établissements du second degré.


Documents joints

CP_FERC_égalité à l'Ecole
CP_FERC_égalité à l'Ecole

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois